Musculation et végétalisme

Interview de Mickael, végétalien et créateur de programmo-nutrition.
Par Stephen pour Musculaction.com

La plupart des pratiquants de musculation sont assez soucieux de leur apport en protéine et engloutissent à chaque repas de sacrées quantités de viande, poisson, œufs ou produits laitiers.  Mais peut-on pratiquer ce sport en étant végétarien voir végétalien ?  Beaucoup affirment que cela n'est pas possible, mais qu'en est-il vraiment ?

Souvent les gens pensent que les végétariens, et surtout les végétaliens sont des personnes illuminées, ennuyeuses, faibles et victimes de carences en tout genre. Pourtant, de nombreuses études ont montré des effets positifs sur la santé de ceux qui adoptent  ce mode de vie.
Encore faut-il ne pas faire n'importe quoi, bien s'informer et prendre certaines précautions. En effet, beaucoup ne savent pas vraiment comment remplacer la viande… Le choix de devenir végétarien ou végétalien n’est donc pas à prendre à la légère.

Pour l'occasion, nous avons interviewé Mickael Brestelles, auteur d'une méthode pour maigrir basée sur le végétalisme. Je vous invite à réagir sur notre groupe facebook musculaction, si vous êtes pratiquants de musculation et végétarien ou végétalien.

Q : Qu'est-ce que le végétalisme ?

Le végétalisme est une alimentation excluant totalement les produits d’origine animale, que ce soit de la chair (viandes, poissons, crustacés) ou des sous-produits comme le lait, les œufs et le miel. À ne pas confondre avec le végétarisme, qui lui, interdit la chair animale, mais autorise la consommation de sous-produits.

Q : Végétalisme et culturisme, ça semble incompatible non ?

Peu importe leur provenance, les acides aminés restent des acides aminés. Dès lors, leurs capacités à créer du muscle sont les mêmes. On entend souvent que les protéines animales sont de meilleure qualité que les protéines végétales. Malheureusement, le terme « qualité » est utilité de manière très arbitraire et ne se rapporte en rien à la bonne santé du corps. Il est utilisé uniquement pour indiquer si les protéines concernées contiennent tous les acides aminés essentiels.
Le fait qu'il est beaucoup plus fatigant de digérer une protéine animale est totalement omis. Les protéines végétales doivent être combinées entre elles, car aucun animal n'a fait ce travail à notre place. C'est le seul inconvénient réel et même là, il est nuancé par le fait qu'il n'est pas nécessaire de combiner les aliments à chaque repas. Une alimentation suffisamment variée fait très bien l'affaire.

Si ces arguments ne sont pas suffisamment convaincants, il suffit de regarder Alexander Dargatz, Robert Cheeke ou Mac Danzig pour changer d'avis. Évidemment, nous parlons ici de culturistes naturels. Il serait risible de les comparer à Jay Cutler ou Ronnie Colman.

Q : Peux-tu donner un exemple concret de repas végétalien ?

La photo ci-dessous a été prise à l’occasion d’un déjeuner chez une amie. Dans l’assiette, on peut voir : du chou blanc, des champignons de Paris au vinaigre balsamique et une salade agrémentée de grains germés, d’avocat et d’olives. Voici un exemple de repas crudivore.

Pour ce qui est de la nourriture cuite, elle ressemble beaucoup à la nourriture ordinaire. Les ingrédients sont différents et le goût très similaire. Par exemple, lorsqu’un « omnivore » mange un steak de bœuf avec du riz et des légumes, le végétalien mange tout simplement un steak de tofu avec du riz et des légumes. Les magasins bio proposent ce genre de produits alternatifs.

Pour les Parisiens, le restaurant asiatique « Green Garden » est une expérience à faire. Il ne propose que de la nourriture végétalienne (attention leur site internet n’est pas à jour !) et sans OGM pour les mêmes prix qu’un traiteur. Sinon, le site cuisinez-végétalien propose de délicieuses recettes.

Q : L'Afssa est assez négative quand il s'agit de végétarisme, et encore plus du végétalisme. Elle affirme que «le suivi d'un régime végétalien à long terme fait courir des risques pour la santé». Que penses-tu de cette affirmation ?

Je vais reprendre un exemple, tiré du livre « lait, mensonges et propagande » de Thierry Souccar, que j’aime beaucoup : en 2005 sur les 29 membres l’AFSSA, 20 avaient des liens de collaboration avec l’industrie laitière et 13 de ces experts travaillaient avec Danone. Le président du comité lui-même siégeait au conseil scientifique de Nestlé France.
Voici un petit échantillon de la triste réalité. L’AFFSA n’est pas indépendante, ses conclusions sont donc faussées. De plus, je ne risque pas de me mouiller en affirmant que leurs rapports sont d’une médiocrité affligeante. Ils se basent régulièrement sur des études arbitraires, qui semblent tirées au hasard et les interprètes comme bon leur semble. Tout le monde se rappelle du scandale de la créatine.

Je conseille à tous « le rapport Campbell » de Colin Campbell. Ce scientifique reconnu apporte des preuves irréfutables sur les conséquences de l’alimentation omnivore et les bienfaits du végétalisme. Il m’a fallu cinq ans de recherche pour arriver aux mêmes conclusions alors que tout était déjà synthétisé en un seul ouvrage.

Enfin, je rappelle tout de même qu’il y a végétalisme et végétalisme. Une personne se gavant d’aliments frits et de sucre raffiné n’aura pas la même santé qu’en mangeant des fruits, légumes et céréales complètes.

Q : J'ai vu que tu proposais une méthode pour maigrir, peux-tu m'en dire plus ?

J’ai été en surpoids pendant de longues années, sans pouvoir trouver une solution adéquate. Aucun régime ne m’avait permis de changer d’apparence. La frustration était plus forte que moi. Heureusement je n’ai jamais accepté ce lavage de cerveau, opérés par les nutritionnistes, qui consistent à toujours rejeter la faute sur ceux qui voulaient maigrir, mais n’ont pas réussi. Ces vendeurs de rêves pensent réellement être de grands experts alors qu’ils devraient plutôt accepter leur incompétence et se remettre en question. Ils ignorent même ce qu’est une recharge glucidique ! Il ne faut ensuite pas s’étonner de lire des centaines de messages sur des forums du genre « je ne maigris plus, pourquoi ? ».

J’ai donc fait mes propres recherches pendant plusieurs années jusqu’à créer une méthode sans m’en rendre compte : la programmo-nutrition®. En fonction du métabolisme et de la surcharge pondérale, on peut espérer perdre entre 4 et 7 kilos par mois. La valeur ajoutée principale de ma méthode repose sur le contrôle de la sécrétion d’endorphine. Pour faire simple, la frustration disparaît au profit du plaisir de manger sainement.

Au point de vue nutritionnel, la consommation de fruits et de légumes est illimitée. Les céréales complètes sont restreintes en fonction du poids de chacun, mais jouent un rôle central, tant pour la frustration que pour les recharges glucidiques. Pour les protéines, celles contenues dans les aliments cités ci-dessus sont suffisantes, conformément aux travaux de Colin Campbell et Douglas Graham.

Q : C'est intéressant, mais on dispose de peu de retours et d'avis sur ta méthode…

Effectivement, sur mon site il n'y a pour l'instant que les photos de Lia et Florine. La méthode en est à ses balbutiements et pour accumuler des preuves de son efficacité, je cherche à constituer un groupe de gens souhaitent perdre du poids. Je suivrais ce groupe gratuitement et avec le plus grand soin. Tout ce que je demande en retour est des photos (pour l’avant/après) et un témoignage écrit à la fin.
Si des lecteurs/lectrices de musculaction.com sont intéressés, ils peuvent m'envoyer un mail.

Q : Un dernier mot ?

Tout d’abord merci à toi, Stephen, pour l’ouverture d’esprit dont tu fais preuve et de ton intérêt pour mon travail.
J’encourage évidemment tout le monde à venir consulter mon site et lire le blog : programmo-nutrition.com. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le fonctionnement de la méthode, la page du guide vous dira tout.

A propos de l'Auteur

Pratiquant de musculation de longue date, passionné par la discipline, Stephen est le créateur du site et du forum musculaction. Il y partage ses connaissances et sa passion.