Différence entre force, masse et volume ?

Masse, volume et force

« A la salle de musculation, un adhérent m'a expliqué qu'il s'entraine pour gagner du volume et pas de la masse. Quelle est la différence entre la force, la masse et le volume ? »

La force est la capacité de produire une grande tension musculaire. Dans ce terme, il faut faire la distinction entre la force maximale, celle que nous pouvons exprimer volontairement et la force absolue, la force que théoriquement nous pourrions atteindre si nous n’étions pas limités par notre système nerveux.

Huile de Poisson - OMEGA 3

Les Oméga 3 sont indispensable pour préserver la santé du cœur, des articulations et du cerveau. Ils participent au bien-être physique, cognitif et intellectuel.
Fabrication française par Natura Force, leader français des compléments alimentaires naturels et bio.
De la nature, puisez votre force. 💪💪💪

  • Huile de poisson bleu sauvage (issue d’anchois, harengs, sardines et maquereaux)
  • Haute concentration en Omega 3 EPA & DHA
  • Issue de la pêche protégée et certifiée Friend of the Sea
  • Capsules d’origine marine et produit certifié sans métaux lourds
  • 10% de remise avec le code MUSCU

Voir le produit

Ainsi, la force musculaire est davantage régie par notre capacité à exploiter notre système nerveux (intensité et fréquence des impulsions motrices) plutôt que par nos muscles qui ne sont qu’une des composantes de la force.
D’autres facteurs s’ajoutent comme le déficit bilatéral (nous sommes plus fort en unilatéral), la typologie musculaire (fibres lentes, fibres rapides), la longueur du muscle, nos capacités enzymatiques (CPK)…

Distinguons aussi deux qualités physiques dans le domaine de la force : La force maximale (1 à 6 répétitions) et la force endurance (courte, moyenne et longue durée, de 6 à 100 répétitions) qui est la capacité de maintenir un effort de force plus ou moins longtemps.

De l’autre coté se trouve la masse et le volume. La distinction entre ces deux termes vient d’une incompréhension générale. Ainsi, on définissait plusieurs types d’hypertrophie (augmentation de la taille et du nombre de myofibrilles) : myofribrillaires (masse) et sarcoplasmiques (volume).

L’hypertrophie myofribillaire concerne, comme son nom l’indique, les myofribrilles (sarcomères). L’entrainement en séries courtes (6 à 8 répétitions) était favorisé avec une alimentation riche en protéines. On espérait ainsi obtenir un muscle d’apparence dense (dur).

A contrario l’hypertrophie sarcoplasmique désigne l’hypertrophie de tout le matériel non contractile de la cellule musculaire (glycogène, capillaire, mitochondrie…). Ici, un entrainement en séries plus longues avec des temps courts de récupération sont privilégies afin de permettre une forte déplétion glycogénique. L’alimentation est ici hyperglucidique afin de stocker de plus en plus de glycogène (c’est le phénomène de surcompensation, utilisé lors du rebond en compétition de bodybuilding). Le muscle parait plus gonflé (d’eau) et donc plus gros.

Mais c’était vite oublié que le développement du sarcoplasme est proportionnel à celui du noyau (myofibrilles/sarcomères), qu’on ne peut augmenter les réserves de glycogène au dela d’un certain seuil (faible) si l’on ne prend pas en « fibres », outre le phénomène du rebond (temporaire). Masse et Volume désigne ainsi la même chose, la prise de muscle.

A propos de l'Auteur

Coach sportif et diététicien, pratiquant de musculation de longue date, Stephen est le créateur du site musculaction. Il y partage ses connaissances et sa passion.

© 2004-2021 Musculaction.com | Contact | Mentions Légales | Forum musculation