Xéno-androgènes : sont-ils efficaces ?

Xéno-androgènes

Avez-vous déjà entendu parler des stéroïdes anabolisants ? Sûrement. Mais, avez-vous entendu parler des xéno-androgènes ? Peut-être pas. Les premiers sont des produits illégaux utilisés par les bodybuilders professionnels et même quelques amateurs. Les seconds sont légaux alors qu'on leur prête des effets similaires aux stéroïdes. Quel est ce mystère ?

Les xéno-androgènes, qu'est-ce que c'est ?

En gros, toute substance qui possède des effets similaires aux hormones androgènes, mais qui n'en est pas, peut être nommée « xéno-androgène ». On utilise par exemple le tocophérol, un composé de la vitamine E, qui est modifié au niveau moléculaire, très légèrement, mais suffisamment pour lui donner de nouvelles propriétés : celles des stéroïdes anabolisants.

En d'autres termes, ces substances sont créés à partir de compléments alimentaires tout à fait légaux, afin de leur donner les propriétés de produits qui ne le sont pas.

Pourquoi sont-elles légales ?

Pour plusieurs raisons assez simples. Tout d'abord, ce sont d'assez récentes molécules et elles sont donc mal répertoriées. Il est même assez difficile de les détecter dans le sang puisqu'aucun test fiable n'a été conçu pour cela.

De plus, comme ces substances sont dérivées de compléments légaux et que les vendeurs parlent de produits aux effets « doux » et sans danger, elles sont considérées comme de simples compléments alimentaires.

Certains athlètes ont même tendance à comparer les xéno-androgènes et la créatine, en expliquant que la créatine possède aussi des effets sur la croissance musculaire. Cependant, ne vous y trompez pas ! La créatine est une substance naturelle que l'on retrouve dans de nombreux aliments. Les xéno-androgènes, eux, sont artificiels.

Xéno-androgènes

Des produits aux noms barbares, proches de ceux des stéroïdes, qui portent à confusion !!

Sont-elles efficaces ?

En théorie, la modification de ces substances leur permet d'augmenter la synthèse des protéines au niveau musculaire et de réduire le catabolisme (la destruction des fibres musculaires). De plus, les xéno-androgènes auraient des effets androgènes, comme la testostérone, et pourraient donc exacerber les caractères masculins, et notamment la croissance musculaire.
D’après les vendeurs, les xéno-androgènes possèdent les mêmes effets que les stéroïdes mais plus légers.

Dans la réalité, il existe encore de nombreux doutes sur l'efficacité de ces produits. Des tests sur animaux auraient apparemment donné des résultats probants. Mais, si vous jetez un œil sur internet, vous croiserez sûrement des avis de consommateurs qui vous diront que leur cure de xéno-androgènes n'a rien donné.

Selon certains, les xéno-androgènes fonctionnent un peu comme la créatine. Il faudrait donc une phase de charge de plusieurs semaines pour que les premiers effets se fassent sentir. Il faudrait également de longues semaines pour que la présence de ces substances disparaisse de l'organisme. Maintenant, savoir si les consommateurs ont mal utilisé ces produits ou si ces produits ne fonctionnent simplement pas, c'est une autre affaire.

Quels sont les dangers ?

Si les xéno-androgènes ont de véritables effets, alors on peut évidemment craindre des effets secondaires plus ou moins dangereux. Actuellement, on ne peut pas en juger de manière fiable, mais rappelez-vous que légal ne veut pas dire sans risque pour la santé. Si les xéno-androgènes fonctionnent, alors il est possible qu'ils provoquent aussi certains effets secondaires.

Évidemment, les fabricants vous diront que ces produits sont sans dangers et qu'il n'y a aucun effet secondaire.

Peut-on considérer cela comme du dopage ?

Si on s'en tient à la législation actuelle, alors les xéno-androgènes ne sont pas des dopants. Ils n'en ont pas le statut et il n'existe, à l'heure actuelle, aucun test pour les détecter. N'importe qui peut donc les utiliser, du bodybuilder professionnel, au sportif de haut niveau, en passant évidemment par les pratiquants amateurs de musculation ou les sportifs occasionnels.

Mais, si vous vous placez du côté « éthique » pour juger ces produits, alors la situation se complique un peu. Certains vous diront que les xéno-androgènes devraient être placés dans la liste des dopants et que la créatine devrait les rejoindre. D'autres seront plus mesurés et vous diront que la créatine est une substance naturelle sans danger, que ce n'est donc pas un dopant, alors que les xéno-androgènes sont synthétiques et que leurs effets sont encore inconnus.

De plus, s'ils ont effectivement les effets des stéroïdes, alors il est évident que ces substances devraient également être interdites.

© 2004-2019 Musculaction.com | Contact | Mentions Légales | Forum musculation