Selfies : un trouble mental ?

Selfies : un trouble mental ?

Vous en avez vu des milliers de fois sur Facebook ou sur d’autres réseaux sociaux servant d’exutoire, à la radio même on y entend une chanson ! Le selfie est devenu viral sur les réseaux sociaux ! Les psychiatres et les professionnels de la santé mentale considèrent qu’il relève d’un problème de santé mentale en lien avec le narcissisme et d’un rapport obsessionnelle avec son image.

Selon le psychiatre Dr David Hyperlink : « Depuis l’émergence des portables dotés d’appareils photos, les deux tiers des patients qui viennent à mon cabinet pour des pathologies de dysmorphophobie ont un besoin compulsif de faire sans cesse des selfies et de les mettre en ligne sur les sites de médias sociaux… On fait appel à une thérapie comportementale cognitive afin d’aider le patient à reconnaître les raisons de ce comportement compulsif pour ensuite apprendre à l’atténuer. »

J’ai personnellement remarqué les mêmes symptômes chez certains de mes amis proches. Ils peuvent prendre des selfies à tout bout de champ tant qu’ils ne sont pas satisfaits du résultat. Ils traquent les détails dans l’espoir de trouver le meilleur angle pour réaliser la photo parfaite. Si l’on regarde comment la plupart d’entre nous choisissons notre photo de profil sur Facebook et les autres réseaux sociaux, c’est toute une histoire. Croyez-le ou pas, aussi inoffensives que puissent paraître ces actions, à la longue elles échafaudent des représentations positives excessives de soi et instillent une assurance illusoire.

Au lieu de se satisfaire de ce que nous sommes, indépendamment des circonstances, on est à la recherche de la bonne photo qui capterait idéalement tous les détails. Plus on obtient de likes sur les réseaux sociaux et plus on est comblé. Est-ce sain à long terme de fonder son bonheur sur la qualité d’une photo de profil ou d’un selfie ?

Jusqu’à où peut aller l’obsession du selfie ? Un jeune adolescent anglais a été jusqu’à tenter de se suicider ne parvenant pas à prendre ce qu’il considérait être un selfie parfait. Danny Bowman était devenu tellement obsessionnel dans l’idée de saisir la photo parfaite qu’il passait environ 10 heures par jour pour essayer de l’obtenir. La situation de Danny s’était aggravée, il avait perdu presque 15 kilos, quitté l’école et restait chez lui sans sortir s’évertuant à obtenir la photo parfaite. C’est sa mère qui l'a sauvé lors de sa tentative de suicide…

« Je cherchais en permanence à prendre le parfait selfie, lorsque je me suis aperçu que je n’y arrivais pas, j’avais envie de mourir. J’ai perdu mes amis, l’école, ma santé et failli perdre la vie. »

Bien qu’il s’agisse d’un cas extrême ce n’est pas très éloigné de ce qui se passe dans la tête de beaucoup de jeunes, et même des plus âgés, lorsqu’ils se prennent en photo pour les envoyer sur les réseaux sociaux. En regardant les photos des autres, en se focalisant sur l’attention qu’elles éveillent ou pas, on finit par se comparer soi-même et noter les moindres détails de notre apparence. Progressivement une obsession s’installe et notre apparence occupe une place de plus en plus importante. Alors que je pense que c’est quelque chose sur laquelle nous devrions plutôt au contraire moins focaliser notre attention.

Selon Pamela Rutledge qui s’exprimait dans Psychology Today : « Les selfies déclenchent souvent des attitudes de nombrilisme ou un besoin irrépressible de capter l’attention chez les autres, qui inévitablement soulèvent soit le spectre du narcissisme ou celui du manque d’estime de soi. »

Le narcissisme, qui est une recherche obsessionnelle de reconnaissance et de satisfaction de son apparence, une suffisance égocentrique, devient un gros problème à l’ère du numérique.

Personnellement, je pense que pour une grande part, cela provient du regard que l’on porte sur soi, du regard des autres et de l'éducation. Il n'y a pas grand chose pour traiter ces problèmes personnelles au sein du système éducatif ou des programmes à l’intention de la jeunesse. Tous les efforts sont dirigés pour former une personne à devenir un membre éduqué de la société mais on ne fait rien en direction de leur développement personnel en tant qu'individu. C’est là un aspect très important du développement personnel qui selon moi devrait être au premier plan de notre système éducatif.

La dépendance aux selfies alarme également les professionnels de la santé en Thaïlande. Ainsi s’exprime Panpimol Wipulakorn du service Thaïlandais de santé mentale : « Le fait d’attacher son attention aux photos publiées, surveiller qui les regarde les aime ou qui les commente, en espérant récolter un plus grand nombre de like, est symptomatique des problèmes que posent les selfies. »

Le docteur pense que ces comportements pourraient provoquer des problèmes mentaux à l’avenir et plus particulièrement en lien avec le manque de confiance.

La prochaine fois que vous mettez une photo de vous en ligne, ou même que vous allez en ville, observez-vous et cherchez à savoir à quel point vos pensées se focalisent sur votre apparence, ce que vous pensez du regard des autres et de la manière dont vous utilisez votre apparence pour essayer de vous sentir bien. A partir de là, vous pouvez travailler sur vous, travailler à accepter votre image et l’idée que tous les aspects de votre personnalité sont parfaits tels qu’ils sont, sans le besoin du regard des autres pour conforter l’amour de soi. Vous êtes beaucoup plus que votre apparence.

A propos de l'Auteur

Pratiquant de musculation de longue date, passionné par la discipline, Stephen est le créateur du site et du forum musculaction. Il y partage ses connaissances et sa passion.

© 2004-2018 Musculaction.com | Contact | Mentions Légales | Forum musculation