Se muscler avec le Street-workout : mythe ou réalité ?

Street Workout

Le Street-workout est la nouvelle pratique sportive à la mode. De plus en plus de personnes se rassemblent sur des terrains d’entraînement, spécialement équipés pour cette nouvelle discipline. Le plus souvent, cela se passe dans des parcs publics. Certains sont tellement musclés qu’ils pourraient facilement se présenter à des compétitions de bodybuilding.

Ces adeptes d’une musculation naturelle, au poids de corps, jouissent d’une meilleure réputation que les culturistes. Pourquoi ? Car, dans l’imaginaire des gens, l’usage des stéroïdes est étroitement lié à la gonflette en salle de sport. A leurs yeux, les pratiquants de Street-workout sont au-dessus de tout soupçon. À quoi leur servirait une masse musculaire trop excessive à part les ralentir dans leur mouvement d’exécution et donc dans leur progression ?

Pourtant la réalité est tout autre. Certains pratiquants prennent autant d’hormones synthétiques que les bodybuilders des salles de musculation. Certes, cela n’a pas toujours été le cas et c’est ce que nous allons voir.

Retour en arrière…

Il suffit de regarder quelques vieilles photos et vidéos pour se rendre compte que le physique des pratiquants a radicalement changé. À l’époque, la silhouette était musclée mais sans excès. Rien à voir donc avec les colosses d’aujourd’hui !

Cette vidéo date de 1938. Comme vous pouvez le voir, la plupart des pratiquants qui y figurent n’ont pas du tout la même allure que les pratiquants actuels. Bien entendu, il existe d’autres archives visuelles qui soulignent cet écart grandissant, cette absence de masse musculaire comparée à aujourd’hui.

Comment expliquer cette différence ? Est-ce que quelque chose a changé depuis ?

L’entraînement

Pas besoin d’être un génie pour se rendre compte que l’entraînement de musculation a fortement évolué ces dernières années. Mais, est-ce réellement suffisant pour expliquer la croissance musculaire actuelle ? A priori non. Les pratiquants sur la vidéo réalisent des exercices assez pointus sur les anneaux comme la croix de fer. Certes, le mouvement n’est pas parfait mais suffisant pour gagner du muscle.

De plus, l’entraînement a évolué en cherchant à développer les compétences, plus que la masse musculaire. Bref, tout le contraire du bodybuilding où avoir de beaux biceps est la priorité pour remporter le plus de points. En d’autres termes, ce n’est pas l’hypertrophie musculaire qui est recherchée mais l’exécution parfaite du mouvement. La maîtrise de la technique l’emporte sur l’augmentation de la masse.

Pourtant, la plupart des gars qui s’entraînent au Street-workout ne font pas des exercices de gymnastique très poussés. Le plus souvent, ils se contentent d’effectuer des tractions à la barre, des pompes, des dips et des exercices de gainage comme le « front lever » ou la planche. Certes, ce sont des exercices difficiles mais pas autant que la pratique des anneaux comme la croix de fer. Donc, si les « street workout » d’aujourd’hui sont 2 fois plus musclés que les gymnastes de l’ancienne école, ce n’est pas l’entraînement qui en est la cause.

L’alimentation

Rien n’a particulièrement changé dans le monde de la nutrition. Une protéine est toujours une protéine. Néanmoins, aujourd’hui, on pourrait dire que la nourriture est pire qu’avant. La faute aux chaînes de fast-food. C’est pourquoi associer la croissance musculaire actuelle à la nutrition n’a pas de sens. De plus, de nombreux gars, comme Hannibal For King, n’hésitent plus à avouer leur penchant pour la malbouffe.

La supplémentation

Les compléments alimentaires ne remplacent pas la vraie nourriture mais sont un plus non négligeable. Ils permettent en effet, d’augmenter votre consommation de substances bien spécifiques sans pour autant avoir des effets magiques. Une chose est sûre, une boisson protéinée avant d’aller vous coucher, ne va pas réduire votre masse grasse à 5 % si vous pesez plus de 90 kg.

Des niveaux de testostérone plus hauts

Selon la communauté scientifique, le taux de testostérone des hommes modernes est plus bas que celui des générations précédentes. En d’autres termes, votre grand-père avait plus d’hormones mâles que vous.

Des études ont montré que, sur les 2 dernières décennies, les taux de testostérone ont baissé de 1 % par an. Pourquoi donc ? Quelle est la raison de cette baisse ? Plusieurs facteurs entrent en jeu : la nourriture, le mode de vie et la pression sociale.

Pourtant, même si les taux de testostérone déclinent, ces gras sont de plus en plus musclés et forts. Comment est-ce possible ? A priori, ce n’est ni l’entraînement ni la nourriture mais bien les stéroïdes. Tout simplement parce qu’ils augmentent les niveaux de testostérone. De quoi vous faire passer pour un surhomme à côté des autres.

La vérité !

Comme toujours, la vérité était juste sous vos yeux pendant tout ce temps. Les pratiquants les plus musclés, adeptes du Street-workout et de musculation au poids de corps, ne sont pas « naturels ». Beaucoup prennent des stéroïdes pour augmenter leurs performances.

Comme prévu, les plus naïfs risquent de mal prendre la réalité des choses, comme avec l'article « Il n'y a pas de gros en forme » publié recemment. Ils voudront sûrement continuer à croire que l’entraînement est 100 % naturel et que l’usage de stéroïdes n’est que l’apanage des bodybuilders et des modèles de fitness.

Mais, essayer de convaincre les gens est généralement une perte de temps. Plus vous essayez de persuader quelqu'un, plus cette personne recule. C'est un mécanisme de préservation. Les gens essayent de protéger leurs croyances, ils ne veulent pas changer d'avis, cela les heurte trop. Que vous vouliez l'accepter ou non, cela ne tient qu'à vous.

J'ai compris que la meilleure façon de convaincre les gens était de les laisser se tromper. C'est seulement lorsque ces gens auront pratiqué toutes les pompes et tractions effectuées par les stars du Street-workout, qu'ils comprendront que 95 kilos de muscles secs ne s'obtiennent pas comme ça. Rien n'est plus convainquant que l'expérience personnelle.

Ils ne sont pas tous massifs…

La majorité de ceux qui pratiquent le Street-workout sont bien taillés, sans excès, et 100 % naturels. Seule une poignée d’entre eux sont très massifs. Le contraste est alors saisissant avec les autres pratiquants qui ressemblent à des « ectomorphes » n’ayant pas assez développé leurs jambes.

Frank Medrano

Frank Medrano !

Gaggi Yatarov - Calisthenics / Street Workout.

Le cas Hannibal for King

Hannibal présente une gynécomastie évidente. Il y a des vidéos où l'on peut voir que ces seins sont presque prêts à délivrer du lait. Je comprends que la gynécomastie n'est pas obligatoirement un signe d'usage de stéroïdes. Mais, lorsque vous êtes proche des 40 ans, c'est quand même assez difficile à expliquer en parlant de puberté, non ?

Hannibal for King : Gynécomastie visible à 3:27…

De plus, Hannibal a dit plusieurs fois qu'ils mangent souvent de la junk food, et pourtant il est sec tout le temps. Il est proche des 5-7 % de masse grasse, un état qu'il est très difficile de maintenir si vous êtes naturel.

S'ils ne sont pas naturels, dois-je abandonner mon rêve ?

Pas du tout. L'entraînement de Street-workout, au poids de corps, est très bon pour développer les muscles, spécialement ceux du haut du corps. Vous pouvez obtenir un très beau corps avec ce type de programme. Évidemment, vous n'êtes pas obligé de vous limiter au poids de corps.

Bref, n'abandonnez pas, ajustez juste vos attentes et avancez.

Partagez l'article !

A propos de l'Auteur

Pratiquant de musculation de longue date, passionné par la discipline, Admin du site musculaction. Je suis là pour partager mes connaissances et ma passion !