Il n'y a pas de « gros » en forme, une étude majeure le prouve

Les personnes obèses « métaboliquement saines » sont 50 % plus susceptibles de souffrir de maladies cardiaques que celles dont le poids est normal. Voici ce à quoi a conclu une étude de l'Université de Birmingham.

Les personnes obèses courent un risque accru d'insuffisance cardiaque et d'accident vasculaire cérébral, même si elles semblent saines et ne présentent pas les signes d'alerte évidents, tels que l'hypertension artérielle ou le diabète, selon une nouvelle étude majeure.

Les résultats, présentés au Congrès européen sur l'obésité à Porto (Portugal), peuvent être le dernier geste pour mettre à mort l'affirmation disant qu'il est possible d'être obèse mais encore métaboliquement sain, c'est-à-dire « gras mais en forme. »

Dans le passé, plusieurs études ont suggéré que l'idée d'individus obèses « métaboliquement en bonne santé » est une illusion, mais elles étaient moins importantes. La nouvelle étude, de l'Université de Birmingham, a impliqué 3,5 millions de personnes, dont environ 61 000 ont développé une maladie coronarienne.

La question a été sujet à controverse. L'obésité est généralement mesurée par l'indice de masse corporelle (IMC), un rapport du poids sur la hauteur. Il est généralement accepté comme imparfait car les athlètes, et les personnes avec un muscle dense, peuvent avoir le même IMC que quelqu'un qui est obèse, pour la même taille.

Laurent Ourna

Laurent Ournac, l'acteur de Camping Paradis a perdu 53 kilos…

Les scientifiques ont examiné les dossiers de santé électroniques de 1995 à 2015 dans le Health Improvement Network, une grande base de données sur les pratiques générales du Royaume-Uni. Ils ont trouvé des enregistrements pour 3,5 millions de personnes obèses, sans maladie coronarienne au point de départ de l'étude et les ont divisés en groupes selon leur IMC et selon s'ils avaient un diabète, de l'hypertension artérielle et/ou des graisses sanguines anormales (hyperlipidémie), symptômes qui sont tous classés comme des anomalies métaboliques. Quiconque ne présentant aucun de ces problèmes a été classé comme « obèse métaboliquement sain ».

L'étude a révélé que ces personnes obèses qui semblaient en bonne santé avaient, en fait, un risque de maladie cardiovasculaire de 50 % plus élevé que les personnes ayant un poids normal. Elles avaient un risque accru de 7 % de maladies cérébrovasculaires (des problèmes affectant l'apport sanguin au cerveau), ce qui peut provoquer un accident vasculaire cérébral et doubler le risque d'insuffisance cardiaque.

Dr Rishi Caleyachetty, qui a dirigé l'étude, a déclaré qu'il était vrai que les haltérophiles pouvaient être en bonne santé et pourtant présenter un IMC qui suggère qu'ils sont obèses. « Je comprends cet argument. L'IMC est brut... Mais c'est la seule mesure que nous ayons dans la clinique pour obtenir une approximation de la graisse corporelle. Il n'est pas réaliste [d'utiliser autre chose] dans un cadre de praticien général ou dans une clinique normale. Nous devons compter sur les mesures de l'IMC, même si elles sont grossières. »

Bien que les résultats de l'IMC, pour des individus particuliers pourraient être trompeurs, l'étude a montré qu'au niveau de la population, l'idée qu'un grand nombre de personnes peuvent être obèses et pourtant métaboliquement en bonne santé, sans risque de maladie cardiaque, était fausse.

Belle toute nue

« Belle Toute Nue » aide les femmes rondes à se sentir bien, mais…

Caleyachetty a déclaré : « La priorité des professionnels de la santé devrait être de promouvoir et de faciliter la perte de poids chez les personnes obèses, quelle que soit la présence ou l'absence d'anomalies métaboliques. Au niveau de la population, l'obésité dite "métaboliquement saine" n'est pas une condition inoffensive et il est peut-être préférable de ne pas utiliser ce terme pour décrire une personne obèse, quel que soit le nombre de complications métaboliques qu'elle présente. »

En août dernier, une étude de la Suède, qui a suivi 1,3 million d'hommes de plus de 30 ans, a constaté que ceux qui étaient les plus en forme, à l'âge de 18 ans, étaient 51 % moins susceptibles de mourir prématurément que ceux qui étaient le moins en forme. Mais, si les hommes sont obèses, cela annule l'avantage qu'ils avaient en étant en forme durant leur jeunesse.

Le professeur Peter Nordstrom, qui a dirigé l'étude publiée dans le Journal international d'épidémiologie, a déclaré à l'époque : « Ces résultats suggèrent qu'avoir un faible IMC au début de la vie est plus important qu'être très en forme physiquement, pour réduire le risque de décès précoce ».

Le professeur Timothy Gill, de l'Institut Boden de l'obésité, a déclaré qu'il y aurait toujours des gens qui restent en bonne santé malgré l'obésité, tout comme certains fumeurs n'auront jamais un cancer du poumon. « Je pense que l'on peut affirmer qu'il y a toujours des gens qui subiront moins de conséquences pour la santé que d'autres personnes, simplement en raison de la répartition des risques », a-t-il déclaré.

La Fédération mondiale de l'obésité a obtenu, ce mois-ci, que l'obésité soit officiellement reconnue comme une maladie en raison de la grande variété des problèmes de santé qui lui sont associés.

Susannah Brown, scientifique principal du Fonds mondial de recherche sur le cancer, a déclaré que la recherche de l'étude « souligne le besoin urgent de prendre au sérieux l'épidémie d'obésité. En plus d'augmenter votre risque de maladie cardiovasculaire, être en surpoids ou obèse peut augmenter votre risque de développer 11 cancers communs, y compris celui la prostate et du foie. Si tout le monde était à son poids de santé, environ 25 000 cas de cancer pourraient être évités au Royaume-Uni, chaque année ».

A propos de l'Auteur

Pratiquant de musculation de longue date, passionné par la discipline, Stephen est le créateur du site et du forum musculaction. Il y partage ses connaissances et sa passion.

© 2004-2018 Musculaction.com | Contact | Mentions Légales | Forum musculation