Les bandes élastiques

Bandes élastiques

Depuis plus d’une dizaine d’années, les bandes élastiques sont devenues un des outils de la performance les plus utilisés. Elles sont légères, faciles à emporter partout avec soi et très modulables. Cet article est un aperçu de leurs caractéristiques et de ce que l’on peut en attendre en termes de performance sportive.

Caractéristiques mécaniques

La plupart des bandes élastiques sont en latex naturel (caoutchouc). Mais il en existe également fait à base de polymères artificiels comme les thermoplastiques. Vous pourrez donc trouver dans le commerce les deux types d’élastiques.

Quelque soit le matériau, les bandes élastiques ont un comportement mécanique assez simple : plus elles sont étirées et plus la résistance qu’elles opposent est grande (Figure ci-dessous). Et lorsque vous relâchez l’étirement de celles-ci, elles reviennent presque immédiatement à leur longueur initiale. Il faut savoir que le latex naturel peut s’étirer jusqu’à 10 fois sa longueur sans rompre.

Ce type de résistance est appelée résistance variable en opposition à une résistance constante, qui, quelque soit le mouvement, ne change pas. Par exemple, si vous déplacez un haltère de 10kg lors d’un exercice, celui-ci ne changera pas de masse au cours du mouvement. Par contre, un élastique opposera une résistance différente selon s’il est plus ou moins étiré.

Les bandes élastiques ne sont pas dépendantes de la gravité, elles peuvent donc opposer une résistance dans n’importe quel plan de l’espace. Et la résistance qu’elles opposent est finalement uniquement dépendante de la quantité de matière. Une grosse bande élastique opposera plus de résistance qu’une petite, et l’ajout de plusieurs bandes élastiques provoquera la somme de leur résistance respective.

Préparation Physique

Tout d’abord très largement utilisées pour la rééducation musculaire, les bandes élastiques sont devenues peu à peu un outil de la performance sportive. Si elles étaient très fines et de faibles résistances pour la rééducation, elles sont devenues plus épaisses avec de fortes résistances pour l’entraînement sportif.

Des entraîneurs ont rapidement pris conscience de l’avantage de se servir de la résistance progressive fournie par les élastiques. En effet, lors d’exercices comme le squat, le développé couché ou le soulevé de terre, le système musculo-squelettique humain devient plus fort à mesure que les articulations approchent de la pleine extension.
Lorsque vous réalisez un squat, vous aurez plus de difficultés en bas du mouvement lorsque vos genoux sont fléchis, et au contraire, vous aurez plus de facilités à mesure que vos genoux approcheront de la pleine extension.
L’ajout de bandes élastiques sur votre barre vous permettra de profiter d’une résistance croissante lors de la phase où vous avez normalement plus de facilités, c’est-à-dire proche de l’extension complète. Cet exemple est valable pour le squat, la presse à cuisses, le développé couché, le soulevé de terre ou encore le développé militaire.

Il est souvent dit que les élastiques de part leur nature permettent de travailler l’explosivité et la puissance, car ils accentuent la phase excentrique du mouvement (la descente de barre en squat ou en développé couché). En effet, les élastiques accélèrent principalement le début de la descente, là où ils sont le plus tendus, cela va créer une accumulation d’énergie potentielle élastique et participer à l’amélioration de la performance concentrique (voir définition de l’énergie potentielle élastique).

Néanmoins, ce n’est pas la seule explication. De nombreuses études ont montré que lors de mouvements tels que le développé couché ou le squat, l’accélération de la barre ne se faisait que sur environ 60% de la poussée, et cela même si la consigne données aux athlètes était de maximiser la vitesse du mouvement. En fait, le corps freine la barre sur près de 40% de la poussée avant d’arrivée en pleine extension pour protéger les articulations. Pour contourner ce problème, l’idée a été de lancer la barre en fin de mouvement (ou de sauter avec la barre dans le cas du squat). Et en effet, ce type de protocole a permis de montrer que cela maximisait la puissance maximale. Néanmoins, ce genre de procédure n’est pas simple à mettre en place en termes de sécurité n’importe où.

Avec l’utilisation de bandes élastiques, les recherches menées ont pu mettre en évidence qu’exécuter un squat ou un développé couché avec charges constantes + bandes élastiques revenait au même que de lancer la charge en fin de mouvement. Car puisque la bande élastique oppose de plus en plus de résistance, pour terminer le mouvement, il faut accélérer plus longtemps. C’est ce que l’on appelle l’accélération compensatoire. Une étude a ainsi montré qu’un entraînement en squat avec bandes élastiques à vitesse élevée permettait d’obtenir des gains similaires en force à du squat lourd sans élastiques, et des gains supérieurs en puissance maximale.

Un entraînement en squat ou en développé couché avec bandes élastiques permet donc un gain de vitesse, de force et de puissance. Cependant, il est nécessaire de travailler avec la volonté d’exécuter le mouvement le plus rapidement possible (sans détérioration de la technique) et de choisir judicieusement la quantité de résistance élastique à ajouter. Certaines études n’ont pas montré de gains significatifs avec l’utilisation de bandes élastiques, tandis que d’autres montraient de très gros gains. Il s’est avéré que les études qui ne montraient aucun résultat avaient utilisé 10% de résistance élastique. Il semblerait qu’un seuil minimal soit nécessaire. Celui-ci serait d’environ 20% avec des valeurs allant jusqu’à 35%. Il est d’ailleurs possible qu’il existe un seuil maximal, mais aucune étude ne l’a encore démontrée.

Bien utilisées, les bandes élastiques sont un outil supplémentaire au service de la performance sportive. Très pratique pour le renforcement musculaire, elles excellent dans le travail de la puissance et de l’explosivité. Leur modularité permet également de les utiliser pour ajouter de la résistance à des gestes sportifs spécifiques.

Par l’équipe Sci-Sport.

- Le dossier complet : Les bandes élastiques
- La boutique Sci-Sport : Boutique

Références
1. McMaster DT, Cronin J and McGuigan M. Forms of variable resistance training. Strength and Conditioning Journal 31: 50-64, 2009.
2. Frost DM, Cronin J and Newton RU. A biomechanical evaluation of resistance: Fundamental concepts for training and sports performance. Sports Med 40: 303-326, 2010.
3. Rhea MR, Kenn JG and Dermody BM. Alterations in speed of squat movement and the use of accomodated resistance among college athletes training for power. J Strength Cond Res 23: 2645-2650, 2008.
4. Wallace BJ, Winchester JB and McGuigan MR. Effects of elastic bands on force and power characteristics during the back squat exercise. J Strength Cond Res 20: 268-272, 2006.
5. Israetel MA, McBride JM, Nuzzo JL, Skinner JW and Dayne AM. Kinetic and kinematic differences between squats performed with and without elastic bands. J Strength Cond Res 24: 190-194, 2010.

© 2004-2019 Musculaction.com | Contact | Mentions Légales | forum musculation