« Vous êtes fous d’avaler ça ! » Un industriel dénonce

Vous êtes fous d’avaler ça !

Avec des scandales comme l'affaire de la viande chevaline dans les lasagnes Findus, le public a déjà été sensibilisé aux travers de l'industrie alimentaire et aux abus cachés. Aujourd'hui, c'est Christophe Brusset, ancien responsable dans l'agro-industrie qui jette un nouveau pavé dans la mare avec son livre « Vous êtes fous d'avaler ça ! ».

Un œil à l'intérieur de l'industrie alimentaire

Christophe Brusset, d'abord ingénieur dans l'industrie alimentaire, est devenu acheteur dans ce secteur. Il y a passé 20 ans de sa vie. C'est ainsi qu'il a pu observer, de l'intérieur, de nombreuses fraudes et combines, utilisées dans l'agro-alimentaire, pour vendre des produits moins chers en trompant les consommateurs.

Lorsque le scandale des lasagnes à la viande de cheval éclate, c'est pour lui un déclencheur et il décide d'écrire un livre pour partager son expérience à travers de nombreuses anecdotes. Ainsi, il souhaite sensibiliser les consommateurs et leur donner les bons conseils pour éviter au maximum d'acheter les mauvais produits.

Selon ses observations, les industriels de l'alimentaire essayent de maintenir un flou autour de leurs produits afin de laisser le consommateur dans l'ignorance et de lui vendre ce qu'ils veulent.

Livre Christophe Brusset

Vous êtes fous d'avaler ça ! Un industriel dénonce – Christophe Brusset – 2015 Flammarion

Il dénonce les travers de l'industrie alimentaire

Durant sa carrière, Christophe Brusset a eu l'occasion d'observer de nombreuses pratiques douteuses et il a décidé, aujourd'hui, de les dénoncer.

L'utilisation de l'eau pour gonfler les produits

C'est une des pratiques les plus couramment employées dans l'agro-alimentaire. En effet, l'eau ne coûte pas grand chose. Or, les produits sont généralement vendus au poids. C'est le cas des poissons par exemple. Pour les industriels, il suffit d'injecter de l'eau pour gonfler le poids de leur poisson et le tour est joué. Le consommateur n'y voit que du feu et il achète finalement un ajout d'eau au prix de celui du poisson.

Des crottes de rats dans le piment

Certains produits arrivent, dans les usines, entachés d'excréments de rats. Normalement, il faudrait les jeter. Mais, certains industriels de l'agro-alimentaire ne le font pas. Christophe Brusset cite une des observations qu'il a pu faire sur des brisures de piments séchés. Ces brisures ont été broyées et stérilisées, puis mélangées avec des piments propres. Ni vu ni connu.

Le consommateur n'a aucune façon de le savoir et cela ne présente pas vraiment de danger. Pourtant, il consomme des crottes de rats qu'il a acheté au prix du piment.

Un flou sur l'origine des produits

Des produits qui sont vendus sous le nom de « moutarde de Dijon » ou « escargot de Bourgogne » sont de bons exemples du problème. La première n'est protégé par aucune appellation et n'importe qui peut donc la produire en apposant le nom « moutarde de Dijon » sur l'étiquette. « Escargot de Bourgogne » est un nom d'espèce, nullement une appellation. La plupart de ces escargots, achetés en supermarché, arrivent des pays de l'Est et non de la Bourgogne, comme on pourrait le croire. C'est le même problème avec le cep de Bordeaux, qui ne provient pas forcément de Bordeaux. Difficile pour le consommateur de faire la différence.

On sait également que la majorité des miels vendus en supermarché ne sont pas d'origine française, même si l'étiquette semble dire le contraire. Ce sont généralement des mélanges de miels issus des pays européens, ou pire, de pays « non européens » c'est-à-dire généralement de Chine. Tout cela est transformé en France, ce qui permet de tromper le consommateur.

De la confiture de fraise sans fraise

Selon Christophe Brusset, il est possible de trouver des produits encore plus trompeurs. Par exemple, certains industriels n'hésitent pas à proposer de la confiture de fraise, sans fraise. Ils ajoutent simplement un arôme synthétique de fraise, des graines de fraises et le tour est joué.

De même pour la glace à la vanille. La recette contient des colorants, un arôme de vanille extrait de betterave ou de blé, et des petites graines noires provenant de gousses de vanille épuisées, c'est-à-dire de déchets de vanille qu'on traite avec un solvant.

Comment éviter les fraudes et manger plus sain ?

Devant le constat de ces multiples fraudes, on peut se demander « comment ne pas se faire arnaquer et manger plus sainement ? »

Selon Christophe Brusset, mieux vaudrait éviter les produits provenant de Chine ou d'origine « hors européenne ». Il faudrait également privilégier le bio, pour éviter au maximum les pesticides et les produits transformés car ils contiennent des additifs, des sous-produits et des déchets.

Pour bien manger, il faut privilégier les produits basiques et les plus frais possibles. Une alimentation saine doit donc comprendre des fruits et légumes, du poisson, de la viande, des œufs, des oléagineux, etc. Si vous mangez des céréales, mieux vaut les sélectionner complètes ou semi-complètes. Les produits laitiers sont, eux, à consommer avec modération.

Le livre : Vous êtes fous d'avaler ça ! Un industriel dénonce – C. Brusset – 2015 Flammarion.

© 2004-2019 Musculaction.com | Contact | Mentions Légales | Forum musculation