Les limites naturelles du corps en culturisme

Divers sports : bodybuilding, cardio, fitness et cours collectifs.

Modérateur : modération

Bily
master
master
Messages : 308
Inscription : 19 juin 2007, 23:01
Localisation : Bruxelles

Les limites naturelles du corps en culturisme

Message par Bily » 12 août 2008, 14:46

Devant la recrudescence des topics liés aux limites naturelles en culturisme ainsi qu’aux multiples interrogations de membres concernant le « statut » de certains athlètes, il nous a semblé judicieux de remettre certaines pendules à l’heure ainsi que de briser le masque et la confusion régnant autour de ce sport que nous pratiquons tous, qui est ; le culturisme.

Nombreux sont ceux, qui à la vue de certains physiques, ont rêvé d’atteindre un jour un tel niveau tout en ne touchant pas au dopage. Cependant, il est temps d’anéantir ces chimères, cessons cette course à l’hypocrisie et n’ayons plus peur de dire les choses telles qu’elles le sont. En effet, à force de rester dans l’incertitude concernant certains physiques, beaucoup ne sont pas/plus capables de se rendre compte de ce qui est atteignable naturellement, cela peut conduire à de nombreuses frustrations et à des complexes injustifiés. Pour lutter contre cela, nous vous proposons, à travers cet article, de vous faire prendre conscience de certaines réalités qui vont permettront de mieux vous situer dans votre pratique ainsi que d’améliorer votre esprit critique.

Dans ce sujet, pas de tabous, pas de mystères, tout sera clairement dit afin de vous donner les clefs et les repères adéquats vous permettant de vous fixer des objectifs réalistes et réalisables naturellement. Nous espérons aussi que cet article vous permettra d’attraper certains automatismes qui vous rendront plus objectifs quant à l’appréciation de certaines photos/mensurations de culturistes dits « naturels ».

En plus de cela, nous vous proposerons de vous référer et de mieux vous renseigner concernant les anciens culturistes datant d’avant l’ère du dopage, cela vous sera surement plus profitable et beaucoup plus constructif que de prendre comme exemple les entrainements de cuisses de Ronnie Coleman ainsi que ceux des pectoraux de Jay Cutler.
Cependant, beaucoup d’entre vous seront surement rebutés quant à l’idée de se référer aux anciens culturistes et voudront qu’on leur propose plutôt des culturistes actuels. Cela est compréhensible, seulement, gardez bien ceci en tête ; s’intéresser aux anciens athlètes permettra, entre autre, de mieux se rendre compte de ce qu’il est possible d’atteindre actuellement, ainsi que de déceler ces faux naturels qui faussent les repères.

Ce post sera donc là, non pas pour déclarer la guerre aux culturistes dopés, après tout un culturiste, aussi dopé soit-il, est un être humain comme vous et moi, ce qu’il fait de son corps ne regarde donc que lui. Ce que nous dénoncerons et pointerons du doigt, ce sont les faux espoirs que nourrissent ces culturistes dopés en se prétendant naturels. De plus, apprendre à douter, tout en ne tombant pas dans la paranoïa, et en trouvant le juste milieu, peut aussi s’avérer être une bonne chose.
Bily
master
master
Messages : 308
Inscription : 19 juin 2007, 23:01
Localisation : Bruxelles

Message par Bily » 12 août 2008, 20:49

Les limites naturelles du corps

Dans ce sujet, nous aborderons uniquement les limites naturelles du corps en termes de mensurations et non en termes de performances athlétiques.

Qu’entend on par limites naturelles du corps ?

Les limites naturelles du corps sont les mensurations limites qu’un athlète pourra obtenir sans passer par le dopage.

Cependant, vous devez savoir que le dopage en France n’est pas le même qu'en Amérique, par exemple. Certains produits jugés dopant en France ne le sont pas en Amérique, ce qui nous amène à dire qu’un athlète dopé en France peut très bien être considéré comme naturel en Amérique.

Dans ce topic, nous considérerons comme dopé toute personne utilisant des produits jugés comme dopant selon la loi française.

Comment reconnaître un athlète naturel d’un athlète dopé ?

Ce qu’il faut avant tout savoir, c’est que l’on ne tranche pas entre naturel et dopé uniquement à l'aide de mensurations. Afin que le jugement soit le plus pertinent possible, il faut prendre en compte les mensurations, le Body FAT du pratiquant ainsi que sa taille et son poids, sans oublier le temps de pratique bien entendu.

Nous disposons de deux grands outils nous permettant de juger si un athlète est naturel ou pas.

- Tout d’abord, les photos et informations des culturistes datant d’avant l’apparition du dopage.

Pour info ; Voici des sites où sont répertoriés de nombreux culturistes datant d’avant l’ère du dopage :


- www.sandowmuseum.com

- www.sandowplus.co.uk/

- http://www.musclememory.com => http://www.musclememory.com/male/year.html


Il convient néanmoins de préciser que certaines mensurations sur ce site peuvent être faussées, en effet, à cette époque le culturisme était plus vue comme une « attraction », on exagérait les mensurations ainsi que les exploits. Il est aussi important de signaler que tout les athlètes, sans exception, posent en étant très congestionnés.

Vous remarquerez que la plupart des ces culturistes n'observent pas les critères esthétiques de notre époque, qui sont ; pectoraux massif ainsi que taille très fine. Ces critères évoluent avec le temps, pour juger ces athlètes, il est donc primordial de prendre en compte les critères esthétiques de l'époque.
Certaines personnes avanceront le fait que les athlètes datant des années 40 ne possédaient pas les connaissances alimentaires et d’entrainements actuelles, les limites sont donc aujourd’hui repoussées, mais sachez qu’il n’en est rien.

En effet, dès 1900 les culturistes savaient déjà tout ce qu’ils devaient savoir pour développer au mieux leur musculature. Qu’on fait les culturistes d’aujourd’hui si ce n’est reprendre et remettre à la mode les formats d’entrainements utilisés par leurs prédécesseurs. C'est triste à dire, mais la seule chose qui ai vraiment fait changer le monde du culturisme durant ces 100 dernières années, c’est le dopage.

- Le deuxième outil dont nous disposons est l’expérience de personnes compétentes dans le domaine de la musculation, qui au vue de leur parcours ont pu, en suivant de nombreux athlètes et en côtoyant de nombreux autres professionnels, constater par eux-mêmes les limites naturelles du corps.
D’autres indices pouvant vous aider :

- On peut donc soit; être vraiment très volumineux mais cela ne sera possible qu'en restant assez gras ( voir les photos des frères Zbyszko comme exemple) , soit être très très sec mais beaucoup moins volumineux. Il y aussi un juste milieu, mais être énorme tout en étant très très très sec ne peut, malheureusement, se faire qu'à l'aide produits dopants.

- C’est encore plus douteux lorsque un culturiste est très sec et très massif alors que son poids reste relativement bas.

- Bien sûr, certains athlètes peuvent avoir, comme certains disent « des points forts », mais quand le reste du corps suit de très près ces points forts, il y a de quoi se poser des questions.

- Ne soyons pas non plus crédules, si aujourd'hui un athlète se prétendant "naturel" vous montre son physique et que celui-ci est relativement proche voire équivalent à ceux du podium des culturistes dopés des années 80 ou 90, ne vous posez même pas la question.

-Il serait aussi pertinent de rappeler que, même parmi les culturistes dopés, il existe des degrés de dopage. Certains athlètes se doperont de manière excessive afin d’atteindre des mensurations démesurées, alors que d’autres se doperont « léger », juste histoire de dépasser d’un relatif chouia les mensurations de culturistes naturels.

Nous avons donc, au sein des culturistes dopés ;
- Ceux qui se dopent à leur paroxysme et à la limite du réalisable.
- Ceux qui se dopent « léger » et donc juste assez pour gagner des compétitions de culturisme dites « de naturels »
- D’autres encore se dopent uniquement dans le but de maintenir relativement facilement des mensurations qu’on ne pourrait garder naturellement qu’avec une grande discipline dans l’entrainement et l’alimentation.

- La plupart des culturistes se frottent relativement tôt à leurs limites naturelles, les grands changements physiques s’opèrent généralement durant les 3 premiers années, c’est après qu’il devient assez dur de faire grimper les centimètres. Cela peut donc permettre de remettre en cause certaines affirmations disant « 50 cm de bras sec pour 1m80, oui mais c’est normal il s’entraine depuis 25 ans… ». Peu importe le temps passé, on ne repousse pas un mur en béton armé à l’aide de son petit doigt.

- Et enfin, il y a les culturistes qui se dopent mais qui ne possèdent pas les connaissances nécessaire pour profiter au mieux de leurs "produits", ils se dopent donc, mais se dopent mal… Mais là encore, c’est une autre histoire...

Maintenant que vous avez lu ceci, vous devriez déjà avoir fait un grand pas en avant. Le but de ce sujet n’est pas de pointer du doigt tel ou tel athlète mais plutôt que chaque personne puisse, en voyant un physique, prendre du recul et faire travailler son esprit critique.

A voir aussi , topic sur le danger du dopage ; viewtopic.php?t=26560&start
Bily
master
master
Messages : 308
Inscription : 19 juin 2007, 23:01
Localisation : Bruxelles

Message par Bily » 12 août 2008, 20:52

Voilà une liste d'athlètes naturels, vous pourrez constater par vous même que c'est déjà du très haut niveau. Pour arriver à de tels resultats, il vous faudra donc du temps ainsi qu'une grosse discipline dans l'entrainement et l'alimentation.

N.B :

-Faites quand même attention à certains athlètes qui ont commencé leur carrière vers les années 1930, en vous renseignant vous verrez que beaucoup d'entre eux ont commencé naturels et ont fini dans le dopage. Il suffit pour cela, de constater, à l'aide de photos, les bons considrable qu'on fait certains culturistes après les années 45.

- Il faut aussi tenir compte de la qualité des photos datant de cette époque, beaucoup moins susceptibles de mettre en valeur un corps athlétique.

- Les dates qui se trouveront à côté des photos correspondent aux années où les photos ont été prise, cependant comme toutes les photos n'ont pas été prise la même année, une fourchette sera donnée.
Eugène Sandow (1892-1902)

ImageImageImage
ImageImage

Gustav Fristensky (1907-1912)

ImageImage

Bert Goodrich (1938)

ImageImage


John Garan (1932)

Image

George Hackenschmidt (1908)

ImageImageImage

Image

Sig Klein (1926-1930)

ImageImage
ImageImage

Alfred Moss (1902)

ImageImageImage

Bobby Pandour (1895-1905)

ImageImage
ImageImage

Fred Rollon (1924)

Image

Albert Treloar (1904-1914)

ImageImage
Image

Wladek Zbyszko et son frère Stanislaus (Stanley) Zbyszko (1920)

ImageImage
Image

Jules Bacon (1943)

ImageImage

Edward Aston (1926)

ImageImage
Image

Roland Essmaker (1939)

Image
Verrouillé